cotemeres

Côté Mères N°7 - Mon pays, ton pays, comment vivre ensemble avec nos différences

EDITOFotolia mains

D’une région à l’autre, d’un pays à l’autre, les mouvements de population s’accélèrent. Les raisons sont multiples et les conséquences aussi. Malgré tout une constante demeure : le désir de lutter contre l’isolement, de nouer de nouveaux liens, faute de quoi est douloureusement ravivé le regret de ce et ceux qu’on a laissé(s).

Ce désir d’intégration est particulièrement fort chez les mères qui souhaitent  que leurs enfants soient accueillis et insérés le mieux possible dans un environnement qui n’est pas naturellement le leur . A ce titre l’univers scolaire et para scolaire joue un rôle important comme on peut  le voir dans le temoignagne des écoles Espérance Banlieue.

Mais les mères expriment aussi le besoin de bénéficier pour elles-mêmes de lieux d’accueil et de retrouvailles pour échanger, partager, se soutenir mutuellement. Ce besoin est particulièrement formulé par les jeunes mères en congé maternité ou parental et les mères seules (veuves, divorcées, à la tête de familles monoparentales) parfois aussi tiraillées entre leurs cultures de naissances et d’adoption.

Lire la suite...

Côté mères N°6 : mères au bord de la crise de nerfs...

Fotolia femme tire cheveux

EDITO

Selon l’INSEE, les femmes effectuent en 2010 : 71% des tâches ménagères et 65% des tâches parentales. Même si les écarts hommes/femmes se réduisent, en particulier concernant le temps consacré aux enfants, les mères passent, en moyenne, deux fois plus de temps que les pères à s’occuper de leur progéniture : 95mn par jour contre 41mn.

Les mères assurent encore aujourd’hui les ¾ des soins aux enfants, du suivi scolaire et des trajets d’accompagnements à l’école. Les pères, quant à eux, sont plus investis dans les activités de loisirs et l’accompagnement aux activités périscolaires.

Compte tenu de ces chiffres, il n’est pas étonnant que de nombreuses mères se sentent stressées par cette « charge mentale » qui pèse sur elles, aussi appelée « préoccupation domestique ». A elles de penser, de prévoir, d’anticiper, de gérer, d’organiser tout ce qui touche à la bonne marche de la maison, incluant les tâches éducatives. Cela nécessite une vigilance permanente qui peut entraîner chez certaines un épuisement total, proche du burnout. Car si les tâches domestiques sont relativement partageables au sein du couple, cette charge mentale l’est difficilement. Comment faire en sorte que le conjoint prévoie les menus de la semaine, anticipe les rappels de vaccins, se mette en recherche d’une garde partagée, organise un anniversaire ou les vacances à venir…

Lire la suite...

Côté Mères N°5 - Bien se nourir : comment réussir à faire Vite, Beau, Bon, Economique, Équilibré et Plaire à tout le monde.

 Cöté Mères

Fotolia bébé avec légumes

Le temps des repas : un temps apprécié en France

Selon une étude de l’INSEE d’octobre 2012, l’alimentation en France occupe chaque jour 2h22 en moyenne dans nos emplois du temps. Malgré les facilités croissantes pour manger à toute heure, le temps consacré à l’alimentation reste très concentré au moment des trois repas traditionnels. A 13h, la moitié des Français est en train de déjeuner quand ils ne sont qu’autour de 16 % aux Etats-Unis. Si le rituel des trois repas domine, il est malgré tout moins respecté par les jeunes dont près de 30% déclarent grignoter très souvent entre les repas, ce qui constitue, avec l’importance du temps alimentaire passé devant la télévision, un facteur de risque d’obésité.

Malgré cette évolution,le temps à table constitue pour les Français, un des moments les plus agréables, quasiment autant que lire ou écouter de la musique. Les repas pris en compagnie sont les plus appréciés, spécialement par les femmes qui se révèlent particulièrement sensibles à ce facteur.

Et pourtant, bien nourrir sa famille, de façon équilibrée et en respectant un budget donné reste pour beaucoup un casse-tête. On aimerait souvent qu’en un coup de baguette magique, un bon repas rassemble la maisonnée, sans fatigue ni grimaces des plus jeunes devant des aliments inhabituels ou peu appréciés malgré leur valeur nutritionnelle. Il suffit de voir tous les sites de recettes et blog d’échanges pour se rendre compte de l’importance donnée à ces temps familiaux.

Lire la suite...

Côté Mères N°4 - Comment donner à nos enfants le goût d'apprendre ?

 Fotolia enfant devant un tableau noir

Comment donner à nos enfants le goût d’apprendre, comment éveiller leur curiosité ?

Ce sont des questionnements que nous entendons souvent dans nos ateliers d’échange ou nos dîners. Cela va bien au –delà des apprentissages scolaires et concerne plutôt une attitude de vie, que l’on a tendance (parfois un peu trop vite) à lier à l’intrusion généralisée des écrans dans nos vies. Nous avons voulu dans ce journal, apporter une fois encore des « trucs et astuces » de mères pour donner envie d’aller au musée, de poser des questions, d’aller vers ce qui est différent ….et également pour découvrir que l’on peut apprendre avec plaisir. Différents experts apportent aussi un éclairage sur la compréhension des mécanismes d’apprentissage et les approches qui peuvent être proposées.

Lire la suite...

Côté Mères N°3 - Vivre ensemble avec nos differences

EDITOFotolia mains

L’obsession de la ressemblance et la peur de la dissemblance existerait depuis l’Antiquité.

La ressemblance rassure. Elle renforce notre sentiment d’appartenance, elle facilite la création de liens, la compréhension de l’autre, elle est un gage de reconnaissance.

La dissemblance intrigue, elle suscite des interrogations, peut générer des peurs à défaut de moqueries et parfois pire encore.

C’est au cœur de la famille que se jouent les premières confrontations à la différence de l’autre, qu’elle soit physique, psychologique, de caractère, de goûts, de réactions…les parents peuvent parfois être étonnés d’avoir engendré des enfants qui  leur ressemblent si peu ! L’image du vilain petit canard n’est jamais loin…Puis c’est le monde scolaire qui s’impose dans toute son âpreté : il ne fait pas bon y être différent. Le harcèlement rôde. Et enfin c’est le monde tout court avec nos vies conjugales, professionnelles, associatives, de loisirs…qui sollicitent continuellement nos facultés d’adaptation.

Lire la suite...

Back to Top