• 02HP MMM France

Le MMM France se mobilise sur tous les sujets qui touchent à la maternité en général et à la conciliation vie professionnelle - vie familiale en particulier.

Nous défendons:

  • le droit au congé parental,
  • le droit au temps partiel choisi,
  • le droit au temps flexible et au télétravail,
  • le développement des outils qui permettent aux entreprises de mieux prendre en compte la parentalité...

Nos mobilisations

Solutions d'accueil pour les 0-3 ans

enfant dans la rue

Solutions d’accueil pour les 0-3 ans : le compte n’y est pas !

Un an après le vote de la loi sur l’égalité entre les hommes et les femmes, le MMM France alerte le gouvernement sur le manque de solutions d’accueil pour les 0-3 ans.

Un rapport du HCF (Haut Conseil à la Famille) indique en effet qu’à fin 2014, 7.000 places d’accueil chez les assistantes maternelles ont disparu (départs à la retraite), que seules 11.300 places de crèches sur les 19.600 prévues ont été créées et que 800 places de scolarisation pour les moins de 3 ans ont été supprimées. On est très loin des 275.000 solutions d’accueil supplémentaires sur 3 ans que promettait le gouvernement lors du vote de la loi sur l’égalité entre les hommes et les femmes.

En 2014, des dizaines de milliers de parents (les Bébés Révoltés) s’étaient mobilisés contre l’obligation de partage du congé parental entre les deux parents. Famille de France, l’Union des Familles en Europe et le MMM France avaient alerté les pouvoirs publics sur le risque de déstabilisation des modes de garde pour les 0-3 ans en France. Ces deux dernières associations avaient d’ailleurs déposé, au Conseil d’Etat, un recours qui est en cours d’instruction. Les familles les plus inquiètes étaient celles qui pensaient qu’elles ne pourraient pas, dans les faits, partager le congé parental, l’un des parents gagnant mieux sa vie que l’autre ou ayant un métier ne permettant pas concrètement d’arrêter de travailler quelques mois. Depuis le vote de la loi, des témoignages arrivent tous les jours de parents ayant de réels problèmes d’organisation pour la garde de leur tout-petit.

Le gouvernement avait assuré que la création de nombreuses places d’accueil viendrait pallier l’ampleur de ces difficultés. Or, on constate qu’il n’en est rien.

Pour l’anniversaire du vote de la loi, le ministère du droit des femmes vient d’en publier un premier « bilan » , mais en ne donnant aucun résultat concret dans les différents domaines où la loi devait améliorer le sort quotidien des femmes.

La pression actuelle sur les modes de garde que nous constatons sur le terrain pourrait s’aggraver fortement l’année prochaine lorsque la réforme du congé parental partagé aura pris sa pleine mesure. C’est dès à présent qu’il faut s’en préoccuper et – le cas échéant – apporter les modifications nécessaires à la réforme, ce qui est simple puisqu’il suffit d’en modifier les décrets d’application.

Nous demandons au gouvernement de donner en toute transparence les premiers résultats de cette réforme et d’en ajuster au plus vite les modalités pour le bien des bébés et des familles.

Back to Top