Comment font les autres parents

Maman Solo : Témoignages de Mères

Témoignages de Mères In extenso et en complément du numéro de Côté Mères sur le thème des Maman Solo, vous trouverez ici des témoignages de mères vivant cette situation.

Témoignage de Brigitte, 54 ans, 4 enfants de 22 à 29 séparée depuis 7 ans , remariée

 Le plus difficile c'est de se retrouver seule à remplir les deux rôles, le père et la mère, avec des enfants traumatisés. On ressent une grande impuissance à les soulager. En même temps on a un fort sentiment d'injustice par rapport à cette situation pour eux. Il faut tenir debout pour ses enfants, endosser des responsabilités nouvelles. J'ai tout pris à bras le corps, en particulier tout l ‘administratif que je ne faisais pas. Après on se dit que l'on est capable de tout faire. Difficile aussi de vivre une situation d'appauvrissement extrêmement angoissante au mois par mois, en particulier quand on est artiste et que le salaire n'est pas assuré. Les réactions de mes amis ont été très diverses, j'ai pu compter sur les doigts de la main ceux qui venaient aux nouvelles et je leur en suis très reconnaissante. On comprend le silence, la pudeur, mais j'aurais aimé l'inverse. Je me sentais très désemparée, très désorientée. J'attendrais d'une association une écoute, une oreille attentive capable de proposer des solutions concrètes au quotidien, par ex : comment remplir ma feuille d'impôts.

  Témoignage de Sophie, 4 enfants de ... à 16 ans . Séparée depuis plusieurs années et élevant ses enfants seule

  Ce qui est difficile c'est cette grande solitude psychologique et le poids énorme de la gestion quotidienne, sans relais. Tout va bien tant qu'il n'y a pas de grain de sable mais on est obligée de responsabiliser les enfants. Même si dans ma situation je gérais déjà beaucoup psychologiquement je sentais un soutien. Aujourd'hui, j'ai toujours l'impression d'être au bord du précipice et de pouvoir y tomber au moindre faux pas. Je suis le long d'une ligne et j'ai toujours très peur de la franchir. En septembre, j'étais très fatiguée mais je me disais qu'il faut tenir à tout prix. Quand les enfants ne sont pas là le week-end je m'avance beaucoup pour la semaine. Difficile aussi de trouver les bons partenaires, l'agenda semble toujours trop vide avec 5 noms dessus. Trouver du temps pour ce qui n'est pas la routine, exemple acheter une paire de chaussures pour un enfant, devient un truc énorme. J'ai moins de temps pour les amies, ce que j'apprécie c'est un coup de fil un mail. Peu m'ont soutenue dans ma situation, je me suis fait d'autres amies. Ce fut une grande déception face à une incompréhension totale. Je suis restée sur la ville où je vivais mariée, pour les enfants, ça me semblait plus facile pour eux, plus facile pour leur autonomie. Finalement c'était une erreur car ça complique le relationnel pour moi. Parfois devant la défection de certaines amies je me dis : c'est tout ce que j'avais créé comme lien ? Ca fait très peur les gens qui se séparent, ça ouvre un possible.J'attendrais d'une association comme le MMM qu'elle prévienne les femmes de ne pas lâcher leur travail, de se protéger en préparant leur retraite. Les mamans sont généreuses et vont jusqu'au bout de cette générosité, au détriment de leur propre intérêt. Il faut les prévenir de leurs droits, orienter vers des médiateurs, des professionnels, des avocats, pour information. Une association pourrait ce lien d'écoute et d'information avant d'aller tout de suite chez un avocat.

En devenant adhérente du MMM France, vous recevrez 3 fois par an notre journal thématique COTE MERES.

Back to Top